Comment repérer une Fake News sur internet en 2020 ?

COMMENT REPÉRER UNE FAKE NEWS SUR INTERNET

Dans cette crise contre le Coronavirus (Covid-19), face à la manipulation de l’information, repérer une Fake News sur internet est une préoccupation de plus en plus grandissante à travers le monde. L’OMS, Facebook, Google, Les Médias en ligne, les Gouvernements…

Tous sont en ordre de bataille face à cette ennemie aussi dangereuse que le virus lui-même.

En effet, bobards, rumeurs, mensonges, fausses nouvelles, bourrage de crânes, propagande, intoxication, désinformation, sont l’apanage des internautes sur les réseaux sociaux.

Mais les Fake news, sont-elles l’exclusivité de cette période de crise sanitaire et de confinement mondial ?

Concrètement, c’est au cours de la dernière campagne de vote du Brexit, la campagne de l’élection présidentielle américaine (Article sur leParisien.fr : « Scandale Facebook : Pas besoin de fake news pour manipuler l’opinion publique ») et la dernière élection présidentielle française (celle de 2017) que l’urgence d’une régulation de l’information sur internet s’est confirmée comme l’une des plus grandes priorités.

Voici Comment repérer une Fake News sur internet

A – Mais d’abord : Qu’est-ce qu’une Fake News ?

Nous avons choisi de nous inspirer du travail sur la question de Fake News de la célèbre Claire Wardle, membre de la fameuse coalition internationale des journalistes First Draft News, publié sous le titre « Fake news. It’s complicated. » [« Fake news, la complexité de la désinformation »], en février 2017

Le Blogueur

Comment repérer une Fake News sur internet ?

Claire Wardle propose une typologie de fausses informations assez complète. Pour elle, il y’a une différence entre la mauvaise information, qui désigne le partage involontaire d’une fausse information et la désinformation qui par contre elle, procède d’une intention délibérée de nuire.

Par conséquent, pour classer les « fake news », Claire Wardle suggère trois approches : par les types de contenus, les motivations des auteurs et les mécanismes de diffusion.

1 – Typologie des contenus

Dans l’optique de la classification du fake news, Claire Wardle va différencier sept types de contenus, du moins nocif au plus toxique :

  • la « satire », qui n’a pas d’intention malveillante mais peut être trompeuse pour des publics non avertis ou étrangers ;
  • les « liens erronés », lorsque la titraille ou les illustrations ne correspondent pas au contenu ;
  • les « contenus trompeurs », soit une utilisation trompeuse de l’information pour desservir un sujet ou porter préjudice à un individu ;
  • les « faux contextes », lorsqu’une information authentique est utilisée dans un contexte erroné ;
  • ensuite les « contenus fallacieux », dans lesquels la source se fait passer pour authentique ;
  • les « contenus manipulés » dans lesquels des contenus authentiques sont trafiqués dans le but de tromper ;
  • enfin, les « contenus fabriqués », qui sont des prétendues informations nouvelles, mais totalement fausses, dont l’intention est manifestement de nuire.

Comment repérer une Fake News sur internet ?

2 – Motivation des auteurs

Ensuite ici, l’experte nous présente les huit intentions différentes en fonction de l’identité et des motivations des auteurs :

  • la « piètre qualité de journalisme », qui reprend des Tweets, des Posts de blog ou des rumeurs sans vérification,
  • la « parodie », apparentée à la satire, qui vise à faire de l’humour,
  • la « provocation », qui vise à créer du buzz,
  • la « passion », qui est le propre des personnes engagées,
  • la « partisanerie », ou l’esprit de parti,
  • le « profit », pour ceux qui en espèrent des retombées personnelles ou commerciales,
  • « l’influence politique » dans le but de la conquête du pouvoir,
  • enfin la « propagande », prête à tout pour faire triompher une cause.

On peut croiser en un tableau (ci-dessous) les sept types de contenus et les huit intentions.

Comment repérer une Fake News sur internet ?

3 – Modes de diffusion

Toujours pour classifier entre la fausse information et la désinformation,  il faut y ajouter enfin les mécanismes de diffusion de ces contenus :

  • Certains sont partagés involontairement (sans vérification) sur les réseaux sociaux, par des particuliers et parfois par des journalistes ;
  • d’autres émergent car ils sont poussés par des groupes de personnes qui souhaitent influencer l’opinion publique ;
  • enfin, certains contenus sont diffusés lors de campagnes de désinformation à l’aide de réseaux de robots. Les trois mécanismes de diffusion peuvent se cumuler.

B – Pourquoi sommes-nous si sensibles aux fake news ?

Nous les humains, sommes généralement très mauvais pour détecter les fake news. Malheureusement, ces fake news sur internet ressemblent souvent aux vraies – et pour la majorité d’entre nous, nous n’avons pas toujours suffisamment d’éléments pour les identifier.

Voici 04 raisons majeures pour lesquelles nous succombons presque toujours aux fake news :

  1. Les mauvaises nouvelles ont l’avantage qu’elles se partagent plus facilement en termes d’informations. Nous sommes donc plus enclins à partager les fake news car elles sont majoritairement des mauvaises nouvelles (lire l’article en anglais de la célèbre Arianna Huffington : Fondateur de The Huffington Post ; Fondateur et PDG de Thrive Global) ;
  2. Les fake news adorent les vides d’information, le manque de clarté ou la rumeur et les remplissent de balivernes ;
  3. Selon Pew Research, un autre facteur contributif est le biais de confirmation. Les gens sont plus susceptibles d’accepter des informations qui confirment leurs croyances et de rejeter celles qui ne les confirment pas ;
  4. Sans oublier que nous sommes plus susceptibles d’accepter des informations de nos amis, de notre famille et des personnes dont on a confiance ou qui sont influentes plus facilement et sans examen.

Aujourd’hui, les journalistes assument leur responsabilité dans la vérification de ce qu’ils voient en ligne, et la dénonciation des « fake news », c’est à ce prix que l’écosystème de l’information pourra rester crédible. C’est pourquoi les grands médias ont développé la pratique du fact-checking (vérification des faits), à l’échelle de certains médias et dans une coopération internationale avec First Draft News ou les coalitions autour de Google et de Facebook.

C – Quelques solutions pour repérer les fake news sur internet en 2020 ?

1 – Pour vérifier les images ?

FindExif.com

FindExif.com fonctionne avec les données EXIF, ou métadonnées, d’une image qui est incorporée dans le fichier. Si l’image est une originale, vous verrez des détails sur le modèle de l’appareil photo, l’horodatage et les dimensions de l’image, entre autres informations.

Il suffit de saisir l’URL de l’image dans l’outil et vous pouvez extraire ces données pour y regarder de plus près. Vous pouvez ensuite recouper ces détails avec d’autres sources en ligne pour déterminer quand, où et dans quel contexte la photo a été prise.

RevEye

RevEye est une extension Chrome pour repérer les images éditées, ou “photoshopées”. Cliquez avec le bouton droit de la souris sur n’importe quelle image d’un site web, et l’extension RevEye effectuera une recherche d’image inverse. En plus de la recherche sur Google et Bing, RevEye permet d’effectuer des recherches sur des moteurs de recherche d’images comme Yandex, TinEye et Baidu. L’utilisation de RevEye est gratuite.

2 – Pour vérifier les vidéos ?

InVID

InVID est un plugin Chrome qui vous aidera à vérifier les vidéos ;

YouTube DataViewer

YouTube DataViewer est un outil d’Amnesty International qui peut vous aider à en savoir plus sur les vidéos de YouTube. Cet outil extrait les métadonnées des vidéos hébergées sur YouTube et permet aux utilisateurs de voir quand la vidéo a été mise en ligne et s’il existe d’autres copies de la vidéo sur YouTube.

3 – Pour vérifier des informations ?

Factcheck.org

Factcheck.org est utile si vous voulez vérifier les informations sur les États-Unis ou les gros buzz internationaux. Ce site vise à réduire la confusion et la désinformation qui apparaissent dans les articles sur la politique américaine en contrôlant et en vérifiant l’exactitude des faits que vous trouvez en ligne. Factcheck travaille également en collaboration avec Facebook pour aider à débloquer les informations erronées partagées sur Facebook.

Africa Check

Africa Check est une organisation à but non lucratif de vérification des faits, créée en 2012 pour promouvoir l’exactitude dans le débat public et les médias en Afrique. L’objectif de l’organisation est d’améliorer la qualité des informations disponibles à la société sur tout le continent.

Snopes.com

Sur le site internet Snopes.com, on vérifie les articles à l’ancienne avec des vérificateurs de faits humains qui rédigent des articles vérifiant les sujets d’actualité avec leurs conclusions.

Pour toute information que vous souhaitez qu’ils couvrent, vous pouvez envoyer par e-mail un lien vers le site. Leurs rédacteurs vous proposeront les sources qu’ils ont consultées, afin que vous puissiez vous-même suivre la piste et voir comment ils sont arrivés à leurs conclusions.

First Draft NewsCheck

First Draft NewsCheck est une extension Chrome que les journalistes utilisent pour enquêter sur la légitimité des contenus qu’ils voient en ligne.

Lorsque vous avez une image ou une vidéo ouverte dans votre navigateur, l’extension vous invite à vérifier si ce contenu est original et à vous assurer de son authenticité. L’extension NewsCheck calculera alors un score de vérification et l’inscrira sur un bouton intégré afin que d’autres personnes puissent voir ce que l’on sait du contenu.

C’était “Comment repérer une Fake News sur internet ?” sur notre Blog pour vous permettre de comprendre ce que c’est qu’une fake news et de mieux les distinguer sur la toile.

Mais n’oubliez surtout pas, chacun de nous a la responsabilité de s’assurer de la véracité des informations qu’il partage à son réseau c’est ainsi que nous aurons une navigation en ligne plus saine et contribuerons à un monde plus serein !

VISEZ-VOUS LES SOMMETS EN AFRIQUE CENTRALE ?

ALLONS-Y

Tags:

Samuel Joel A.

En plus d’être un blogueur, il est aussi un consultant et formateur spécialiste en webmarketing basé au Cameroun avec plus de 10 ans d’expériences dans la gestion de divers projets en associations, entreprises (Startups, PME) et en agence digitale.

Blog Comments

[…] Les médias sociaux peuvent leur apporter tout cela et peuvent être extrêmement puissants s’ils sont utilisés correctement (lire l’article : comment repérer une fake news sur internet en 2020 ?). […]

Laisser un Commentaire
NE RATEZ PLUS NOS ARTICLES !Inscrivez-vous maintenant pour recevoir des astuces, conseils, bonnes pratiques et opportunités spéciales pour booster votre marketing grâce au numérique.

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

NE RATEZ PLUS NOS ARTICLES !Inscrivez-vous maintenant pour recevoir des astuces, conseils, bonnes pratiques et opportunités spéciales pour booster votre marketing grâce au numérique.

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

ATTEINDRE LE SOMMET GRÂCE AU DIGITAL ?Découvrez Des Spécialistes en Marketing sur Internet

Venez travailler avec ceux qui vont oser s’engager pour vos résultats.